Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

L’indiscrétion dans les œuvres de Henry James et de Joaquim Machado de Assis

Résumé : Pour Henry James, l’Amérique est le pays de l’indiscrétion. La presse y règne en maître et les journaux diffusent non seulement, comme en Europe, des nouvelles mondaines, mais divulguent également les secrets de famille. L’obsession pour la transparence et la cohérence entre les paroles et les actes est constamment notée et satirisée par Henry James au travers des personnages de journalistes. Écrivain du point de vue, Henry James soumet ces derniers aux jeux changeants de la subjectivité, en une irisation qui a valeur éthique et esthétique. L’inversion puritaine qui justifie l’indiscrétion au nom de la morale, alors qu’elle est un manque de tact et de goût, et donc une faute éthique et esthétique aux yeux de James, ne se trouve pas dans la description machadienne d’un Brésil catholique fasciné par l’Europe et plus encore par la France. La culture du secret s’est répandue plus aisément dans les pays catholiques, où le secret de la confession est un impératif. La comparaison James-Machado ajoute à l’axe géographique jamesien bien connu entre une Europe secrète - aristocratique et corrompue - et une Amérique indiscrète - démocratique et vertueuse – un axe religieux entre l’Amérique du nord protestante et puritaine et l’Amérique latine catholique.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-ens.archives-ouvertes.fr/hal-03138761
Contributeur : Usr 3608 République Des Savoirs <>
Soumis le : jeudi 11 février 2021 - 14:02:34
Dernière modification le : mardi 7 septembre 2021 - 10:34:14

Identifiants

  • HAL Id : hal-03138761, version 1

Citation

Isabelle de Vendeuvre. L’indiscrétion dans les œuvres de Henry James et de Joaquim Machado de Assis. Sigila. Revue transdisciplinaire franco-portugaise sur le secret, Gris-France, 2017. ⟨hal-03138761⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

49