Stercoris saccus : la représentation de la femme comme corps adjuvant et transgressif dans la pensée chrétienne à la basse Antiquité et au Moyen Âge

Résumé : Stercoris saccus : la représentation de la femme comme corps adjuvant et transgressif dans la pensée chrétienne à la basse Antiquité et au Moyen Âge La thématique afférente à l'image de la femme avilie par le péché, qui a été véhiculée par nombre de penseurs des premiers siècles de la Chrétienté et du Moyen Âge, fait, depuis de nombreuses décennies, l'objet de maintes études, dont la diversité des points de vue qui s'y expriment atteste la complexité du débat 1. C'est ainsi que certains historiens l'abordent en se refusant à poser le problème et à instruire ce qu'ils tiennent pour un mauvais procès 2 , quand, à l'inverse, d'autres l'affrontent avec l'intention d'en éradiquer les lieux communs et les caricatures qui la minent 3 , ou d'en faire jouer toute la subtilité 4. Parfois encore un agnostique, voire un antichrétien, y trouve l'occasion d'apporter un démenti inattendu aux accusations d'antiféminisme foncier 5. Mais le plus souvent, la redoutable prégnance du principe génésiaque de la pécheresse, souillée et souillante, qui, en tant que telle, doit vivre, dans le rappel incessant des conséquences de sa faute, assujettie à l'homme – « Et lui dominera sur toi » (Gen. 3, 16) –, a entériné ce que R. Howard Bloch appelle la « misogynie théologisée » 6. C'est à cette dernière tendance que nous nous attacherons ici, celle pour laquelle, au sentiment de beaucoup, il relève du constat d'évidence que la sentence divine – « Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la peine tu enfanteras tes fils » (Ibid.) – a définitivement oblitéré la situation de la femme, dans la mesure où cette créature d'essence moindre – parce que voulue comme une « aide » de l'homme et modelée à partir de l'un de ses flancs (leurav) (Gen. 2, 18 et 21-22) – ne peut exister qu'en dépendance et dans l'opprobre. Inscrite doublement dans sa « dé-nature » – à savoir par une création accessoire et par une faute irrémissible –, cette condition deux fois dégradée ne cessera, des siècles durant, de ressurgir dans la réflexion chrétienne, prétexte à jouer
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
2018
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [17 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01494143
Contributeur : Alain Galonnier <>
Soumis le : vendredi 9 février 2018 - 19:51:17
Dernière modification le : mardi 24 avril 2018 - 17:20:15
Document(s) archivé(s) le : jeudi 10 mai 2018 - 12:54:53

Fichier

femme.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01494143, version 3

Collections

Citation

Alain Galonnier. Stercoris saccus : la représentation de la femme comme corps adjuvant et transgressif dans la pensée chrétienne à la basse Antiquité et au Moyen Âge. 2018. 〈hal-01494143v3〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

79

Téléchargements de fichiers

80